Histoire des États-Unis

Trouvez votre hébergement!

Des questions?https://etats-unis.costasur.com/fr/index.html

Des questions?

Nous avons le guide le plus complet de votre destination, donc, si vous cherchez des informations, vous avez trouvé la meilleure source ...

Votre billet onlinehttps://etats-unis.costasur.com/fr/horaire-autobus.html

Votre billet online

NO HAY RESULTADOS
NO HAY RESULTADOS

Tous sont des avantageshttps://etats-unis.costasur.com/fr/location-voitures.html

Tous sont des avantages

Briser les mythes : louer une voiture n’est pas cher. Découvrez le bon marché que vous pouvez aller à déplacer comme vous le souhaitez pendant vos vacances avec Costasur.

Louer

Plus vite encore!https://trenes.rumbo.es/msr/route/searching.do

Plus vite encore!

NO HAY RESULTADOS
NO HAY RESULTADOS

Consultez votre offrehttps://vuelos.rumbo.es/vg1/searching.do

Consultez votre offre

NO HAY RESULTADOS
NO HAY RESULTADOS

Parkinghttps://etats-unis.costasur.com/fr/parking-airport.html

Parking

Vous voulez laissez votre voiture à l'aéroport?. Costasur vous offre le meilleur prix du marché, à des prix imbattables.

Recherche de parking

Ferryhttps://etats-unis.costasur.com/fr/ferrys-etats-unis.html

Ferry

Vous cherchez Ferry? Il y a des centaines de destinations que vous pouvez atteindre par mer, nous les avons tous.

Voyager avec le ferry

https://etats-unis.costasur.com/fr/les-activites-de-loisirs.html

Nous proposons des options pour éviter l'ennui, utilisez notre outil de recherche et faites quelque chose de différent de vos vacances!

Chercher des activités

Histoire

Aborder l’ histoire des États Unis c’est parler d’un pays relativement jeune, de 500 ans, découvert en 1492 par Christophe Colomb, un explorateur à la recherche de l’Inde qui a accidentellement découvert les Amériques. Depuis, de nombreux évènements ont marqués l’ histoire de ce pays et de ses habitants. Le 4 juillet 1776 est la date la plus importante dans l’histoire des États-Unis, c’est le Jour où les colons ont proclamé leur Indépendance de la Grande Bretagne pour créer cette nouvelle nation, les États-Unis.

Les colons, mécontent des impositions du gouvernement britannique, décident de se rebeller ce qui marquera le début de la Guerre d’Indépendance et s’allient du côté des Français dans le but de pouvoir freiner le pouvoir de la couronne britannique.
La déclaration d'indépendance, rédigée par Thomas Jefferson et adoptée par le Congrès le 4 juillet 1776 et l’indépendance américaine officiellement reconnue par le Royaume-Uni en 1783, par le Traité de Paris, tout comme 12 autres colonies britanniques. S’en suivit l’adoption de la constitution en 1788, la plus ancienne au monde fondée sur la séparation des pouvoirs et le respect des droits fondamentaux des citoyens.
La première capitale fédérale des États-Unis fut New York, suivie de Philadelphie, où fut signée l’abolition de l’esclavage en 1791. Ce fléau ne fut malheureusement pas éradiqué dans tout le pays : les états du nord abolirent l’esclavage entre 1780 et 1804 alors que ceux du sud continuèrent à exploiter les êtres humains.
Le 4 mars 1789, les États Unis élisent leur premier président de l’histoire, Georges Washington, étape qui marquera le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire de la nation et l’expansion du territoire vers l’ouest. En 1800, la capitale devient Washington D.C.

À partir de cette époque, les États Unis connaissent une période de guerre et de conflits internes tout d’abord contre les indiens, chassés de leur territoire au début du siècle puis entre le sud et le nord du pays. En 1803, la France vend la Louisiane aux États-Unis ce qui permet d’ouvrir une nouvelle frontière maritime. En 1812 éclate une guerre contre les Britannique qui durera jusqu’en 1815 causée par la volonté britannique d'interdire le commerce entre les États-Unis et la France, et par le blocus britannique le long des côtes américaines.
À partir de 1830, de nombreux conflits explosent entre le nord et le sud du pays à cause des inégalités qui marquent le pays : l’industrialisation croissante du nord qui contraste avec le secteur agricole au sud, principalement basé sur la culture de coton vendu en grande partie aux Britanniques.

Le traité de l'Oregon, signé le 15 juin 1846 à Washington, D.C. par le Royaume-Uni (État souverain sur le Canada) et les États-Unis définit le tracé de la frontière américano-canadienne suite à un conflit entre le Mexique et les États Unis qui s’approprient de la Californie. Ceci engendra une ruée vers l’or sans précédent dans le sud du pays qui attira des centaines de milliers d’aventuriers américains et étrangers.

En 1860, le pays était encore loin d’être uni : les états du sud continuaient à permettre l’esclavage alors que ceux du nord le punissait. C’est dans ce contexte qu’explose la Guerre de Sécession entre 1861 et1865 impliquant les États-Unis, dirigés par Abraham Lincoln (élu président des États-Unis en 1860), et les États confédérés d'Amérique, dirigés par Jefferson Davis et rassemblant onze États du Sud qui avaient fait sécession des États-Unis.
Cette guerre est considérée comme l’épisode le plus sanglant de l’histoire des États Unis mais contribua à abolir l'esclavage et à confirmer l’union de ce pays, de cette nation indivisible.
Le bilan de cette guerre fut assez dramatique : 3 millions de morts, de nombreuses destructions et la mort du président Abraham Lincoln, assassiné par un sympathisant sudiste alors qu’il abordait les problèmes de la reconstruction des États sudistes.

En 1877, Rutherford B. Hayes, membre de l’Armée de l’Union, est élu président républicain des États-Unis après l'une des élections les plus frauduleuses et les plus disputées de l'histoire américaine.


L’après Guerre de Sécession, vers la fin du XIXe siècle, est marquée par le triomphe de l’Amérique industrielle et urbaine. Les grandes villes telles que New York et Philadelphie s’accroissent considérablement et la construction de gratte ciel, des tramways, du métro débutent.
Ces grandes villes sont des lieux d'accueil pour les immigrants et les agriculteurs qui y trouvent du travail dans l'industrie. C'est là que naît le nouveau mythe américain, celui du self-made man incarné par Andrew Carnegie, un immigrant écossais.
C’est alors que sont fondées les grandes puissances bancaires et financières ainsi que de grands groupes industriels (acier, construction, transport…).
Croissance économique rendue possible par plusieurs facteurs : un droit du travail est pratiquement inexistant, les pratiques commerciales souvent douteuses, un fort esprit commercial et empresarial, une terre riche en ressources naturelles et matières premières, une main d’œuvre nombreuse et peu chère, un fort secteur bancaire et financier, une amélioration des processus industriels et un marché en plein expansion.
Ce chapitre de l’histoire des États-Unis d’Amérique transforma les mentalités et la culture américaine. Les nombreux immigrants venus d’Irlande, d’Italie, de Grande Bretagne et d’Afrique ont importé leur culture, leur gastronomie, leur langue… Tout ceci marque le début de la politique d’expansionnisme outre-mer du pays.

Suite à la défaite de l’Espagne en 1898, le pays s’approprie de Hawaï, Porto Rico, Guam, Cuba et des Philippines.

Les États Unis s’unirent à la Première Guerre Mondiale en tant que pays neutre mais du côté des pays de la Triple Entente en 1917. Grâce au fait que le pays n’ait pas subi de grandes destructions (contrairement aux pays alliés européens), il en sortit renforcé et devint alors un centre de la culture mondiale et une puissance commerciale et militaire mondiale. D’un point de vue économique, c’est également une période marquée par la reconstruction post guerre et une recrudescence des grévistes qui réclament de meilleurs salaires et une réduction du temps de travail. Les inégalités entre les secteurs industriels et agricoles et les classes sociales contribuent à provoquer le grand krach boursier de 1929. C’est alors que le président Franklin D. Roosevelt établit le New Deal, un grand plan de réactivation de l’économie conçu pour venir en aide aux pauvres et aux sans-emploi dans le but de stabiliser l’économie et de combler l’écart entre les classes sociales dans le pays.

Lorsque explose la Seconde Guerre Mondiale, les États-Unis se limitent dans un premier temps à fournir des armes à ses alliés : la France, le Royaume-Uni, la Chine et l'Union Soviétique puis décide d’entrer en guerre après que le Japon, membre de l’axe Rome-Berlin (allié de l’Italie et de l’Allemagne nazi) ait attaqué Pearl Harbour.

Ces deux guerres furent marquées par la victoire des États-Unis et par l’approbation du droit de vote des femmes en 1920 et la citoyenneté indienne en 1924.

1945 marque la fin de la Seconde Guerre Mondiale et en une année sombre dans l’histoire du pays avec l’attaque à la bombe atomique de Hiroshima et Nagasaki, qui provoqua des millions de morts et de considérables dommages à long terme.

Très vite, les relations avec l’URSS commencent à se dégrader et en 1947, les États-Unis lancent le plan Marshall, pour contrer l'expansion du communisme en Europe. C'est le début de la « Troisième Guerre Mondiale» ou guerre froide, qui durera plus de 40 ans, jusqu'à la chute de l'Union soviétique. Le président de l’époque, Harry Truman, qui établit les bases de la Doctrine Truman, destinée à freiner le Bloc Communiste.
S’en suivit la très polémique Guerre du Vietnam, la guerre de Corée, le Débarquement de la Baie des Cochons à Cuba, l’assassinat de John F. Kennedy en 1963 et un interventionnisme croissant à Cuba, au Nicaragua et au Panama. Cette période de l’histoire Américaine est également marquée par l’abolition de la ségrégation raciale, grand combat de Martin Luther King, assassiné en 1968 à Memphis.
La Guerre du Vietnam, la plus coûteuse d’un point de vue économique et logistique s’achève en 1975 et remet en cause la puissance du pays. En 1981, les Américains élisent Ronald Reagan comme président. Le pays est alors la seule superpuissance mondiale et domine le monde, exportant son modèle de « Rêve Américain ».

Le pays sombre dans la désolation lorsqu’il est attaqué le 11 Septembre 2011 sur son territoire, victime d'une vague d'attentats terroristes qui font environ trois mille morts. Washington, alors présidé par George W. Bush décide d’entrer en guerre contre le terrorisme en Afghanistan et en Irak, deux guerres extrêmement coûteuses et qui ont considérablement dégradé l’image des États-Unis dans le monde.

Autres sites et alternatives Costasur

Autres pages pour cette destination
Tags